traitement des délits mineurs

Le monde judiciaire est un univers complexe et intriguant, surtout lorsqu’il s’agit de la justice des mineurs. Cet article vous propose de plonger dans les rouages de la procédure pénale qui est mise en œuvre dans le traitement des délits commis par les mineurs en France. De l’instruction par le juge des enfants à l’ordonnance d’une mesure éducative, en passant par le rôle du procureur de la République, tout y est ! Alors, prêts pour l’immersion ?

Le cadre juridique de la justice des mineurs

Comme vous le savez sûrement, l’arsenal juridique français est très varié. Pour encadrer les délits commis par des mineurs, deux ensembles de textes sont principalement utilisés : le code pénal et le code de procédure pénale.

L’article 122-8 du code pénal dispose que les mineurs ne peuvent être pénalement responsables qu’à partir d’un âge fixé par la loi, qui est actuellement de 13 ans. Cependant, ce n’est pas parce qu’un enfant est mineur qu’il est exempt de toute responsabilité. Une mesure éducative peut être ordonnée par un juge des enfants, selon l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante, modifiée par la loi du 26 juillet 2019.

Le code de procédure pénale, quant à lui, définit le déroulement de la procédure judiciaire dans son ensemble. L’article 8 de ce code stipule que toute personne suspectée ou poursuivie est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement établie.

système judiciaire français

 

Le rôle du juge des enfants

Le juge des enfants joue un rôle central dans le système judiciaire français. Il est avant tout un juge du tribunal pour enfants, mais son rôle dépasse de loin la simple mise en œuvre des mesures pénales.

Dès qu’un mineur est soupçonné d’avoir commis une infraction, c’est le juge des enfants qui est saisi. Il est chargé de l’instruction du dossier, c’est-à-dire qu’il réunit toutes les informations nécessaires pour comprendre la situation du mineur et les circonstances de l’infraction présumée.

Dans le cadre de cette instruction, le juge des enfants peut ordonner des mesures d’investigation éducative pour évaluer la personnalité du mineur. Il peut également décider de mesures provisoires, telles que le placement sous contrôle judiciaire du mineur, en attendant la fin de l’instruction.

La décision du tribunal pour enfants

Une fois l’instruction terminée, le dossier est transmis au tribunal pour enfants. Ce tribunal est composé du juge des enfants, qui le préside, et de deux assesseurs.

A lire aussi :  Mandataire juridique : Les nuances du travail indépendant dans le domaine légal

Le procureur de la République représente l’accusation et requiert l’application de la loi. Les parents ou les représentants légaux du mineur peuvent également être présents et être assistés par un avocat.

Le tribunal pour enfants a alors deux options. Si l’infraction est avérée et que le mineur est reconnu coupable, le tribunal peut prononcer une sanction éducative ou une peine. En revanche, si le tribunal estime que le mineur a besoin d’une protection plutôt que d’une sanction, il peut décider d’une mesure de protection judiciaire.

La mise en œuvre des mesures éducatives

La justice des mineurs en France se caractérise par sa dimension éducative. L’objectif premier n’est pas de punir, mais de réinsérer le mineur dans la société. Les sanctions sont donc souvent des mesures éducatives, qui peuvent être mise en place à titre provisoire ou définitif.

Ces mesures éducatives peuvent prendre plusieurs formes : placement dans un centre éducatif fermé, suivi par un éducateur, travail d’intérêt général, réparation du préjudice causé à la victime, etc.

Il est à noter que le respect des mesures éducatives est essentiel. En cas de non-respect, le juge des enfants peut décider de modifier la mesure ou de prononcer une sanction plus sévère.

Le traitement des délits commis par des mineurs est une question délicate qui fait appel à des textes multiples et à une procédure spécifique. Derrière la complexité de ces règles, se cache une ambition forte : permettre à chaque mineur de trouver sa place dans la société, tout en respectant les droits des victimes. La justice des mineurs est ainsi une justice à part, où le rôle de l’éducatif l’emporte sur la sanction, mais qui reste néanmoins ancrée dans le respect de la loi et des droits de chacun.